L’impact de la viande sur l’environnement

Les impacts environnementaux de la production de viande, tant intensive qu’extensive, sont principalement une consommation d’eau et d’énergie, un risque de dégradation de la qualité de l’eau, une substitution des forêts par des prairies ou des prairies par des cultures annuelles.

 

Certaines sources évoquent aussi une plus forte contrainte sur les territoires, une réduction de la biodiversité et une production de gaz à effet de serre, bien que ces données soient controversées.

L’impact dépend notamment du type d’élevage :

  • l’élevage intensif basé sur la concentration d’animaux confinés dans des bâtiments ou des parcs fermés, nourris avec des aliments distribués par l’éleveur. Dans les systèmes traditionnels intensifs seuls les animaux mono-gastriques comme la volaille ou le porc étaient élevés. Cet élevage avait une importante fonction de recyclage des déchets de la production alimentaire (déchets de cuisine, son de céréales, aliments avariés, résidus de récolte, produits forestiers comme les glands de chêne) ce qui permettait d’éviter de détourner des aliments directement utilisables pour la nutrition humaine.

Evolution-production-mondiale-de-viande-1961-2009


Dans les systèmes modernes, des cultures végétales intensives alimentent des élevages intensifs de presque toutes les espèces (seules quelques espèces comme l’oie, le mouton et la chèvre ne supportent pas ce mode de production) en utilisant des techniques modernes : bâtiments thermo-régulés et ventilés, système hors sols, énergies fossiles, machinisme, engrais chimiques et minéraux, pesticides. Dans ces élevages le principal problème est la gestion des effluents et les risques classiques associés à l’agriculture intensive.

  • l’élevage extensif repose sur la libre circulation ou le parcage d’animaux dans des pâtures, c’est-à-dire des prairies naturelles ou artificielles (i.e. semées avec des espèces végétales pâturables choisies et entretenues par l’éleveur). Ces systèmes ont peu évolué avec l’apport des techniques modernes et restent très proches des systèmes pré-industriels. En général ils n’utilisent pas d’engrais chimiques ni de pesticides, ce qui explique notamment les fréquentes conversions en agriculture biologique des élevages de bovins à l’herbe. Le principal risque de l’élevage extensif est une mauvaise régulation de la charge en bétail dans l’espace et le temps, ce qui peut causer des dégâts en cas sur-pâturage mais aussi des rejets d’azote y compris en élevage biologique.

C’est le mode d’élevage intensif qui rassemble la majorité des nuisances environnementales dans les pays développés. Dans les pays pauvres c’est plutôt l’élevage extensif qui pose des problèmes d’emprise spatiale, de dégradation de la végétation naturelle et de compétition pour l’eau dans les zones arides.

 L’impact de la viande sur l’environnement expliqué en 4 minutes :

Source

 

 

Laisser un commentaire