La Finlande sera le premier pays au monde à supprimer toutes les matières scolaires

Dans un article publié sur The Independent, la Finlande veut procéder à des changements profonds de son enseignement scolaire. Selon Pisa (Program for International Student Assessment), ce pays fait partie des mieux notés au classement international, et il compte «s’engager dans l’un des programmes de réforme de l’éducation les plus radicaux jamais mis en place par un Etat-nation, l’abandon du traditionnel « enseignement par matière » pour « l’enseignement par sujet »,dont le magasine donne ici plusieurs exemples :  

 

À l’école Saunalahti, qui se trouve dans la ville finlandaise d’Espoo, les enseignants ont décidé de changer un peu cette histoire : tout d’abord, le bâtiment est très différent de celui d’une école typique, on dirait plutôt un musée d’art moderne. Les professionnels de VERSTAS Architects ont complètement abandonné la structure typique et ennuyeuse, et réinventé l’agencement habituel des salles de classe.

L’école maternelle, l’école primaire, le collège et le lycée, le club d’étudiants, le théâtre, la cantine, la bibliothèque, la salle de gym, et bien d’autres espaces encore sont rassemblés sur un espace de 10 500 mètres carrés. Les cours ont lieu dans une ambiance détendue, chaque enfant s’assied où il veut, et la communication entre les élèves pendant les leçons est encouragée.

La plupart des cours sont dispensés en ateliers, chaque enfant ayant la responsabilité de s’asseoir sur une chaise de bureau qui s’adapte à sa hauteur et qui peut rouler jusqu’à l’autre bout de la salle de classe. Ceux qui préfèrent faire autrement, peuvent s’asseoir sur des petits fauteuils équipés d’une petite table pour travailler et d’un ordinateur portable. L’ordinateur remplace le tableau noir, et il est connecté à un réseau commun interne.

La cantine est le lieu de rencontre de tous ceux qui participent au processus éducatif ; c’est aussi le décor idéal pour faire des concerts, des fêtes et des festivals.

La cour de jeux est très bien équipée pour que les enfants de différents âges puissent s’y épanouir pendant la récréation.


L’après-midi, l’école devient un centre ludique et sportif pour tous les habitants du quartier. Il y a des ateliers, des activités dans la salle de gym et dans les différents clubs.

Pour les finitions des espaces intérieurs et des façades des bâtiments, les architectes ont utilisé des matériaux écologiques qui créent une ambiance chaleureuse et confortable. Les briques extérieures de l’école ont été placées différemment, en désordre, avec des volumes variés, pour que les enfants les touchent et qu’ils éprouvent différentes sensations. Les zones communes de mobilité sont peintes en couleurs brillantes, chacune a une tonalité spéciale, ce qui évite que les enfants ne se perdent.

Les espaces ouverts sont reliés entre eux par des zones internes affectées à chaque groupe d’âge, mais elles forment une seule unité. Les créateurs du projet ont pensé que s’ils installaient des frontières, les enfants voudraient les transgresser. Pour cette raison, le territoire de l’école est entièrement ouvert, il n’y a pas de surveillants ni de détecteurs de métaux. Il y a des caméras vidéo, mais toutes les mesure de sécurité restent inaperçues.

es grandes fenêtres avec vue sur la nature et sur la cour de jeu aident les enfants à interagir avec l’environnement, car les couloirs sont placés de façon à ce que l’on n’ait pas l’impression d’être enfermé entre quatre murs.

Les élèves qui vont dans cette école et qui ont abandonné la méthode classique de formation profitent d’une bonne performance académique, avec un niveau très bas de stress (voire nul), ce qui est peu courant chez les enfants de leur âge. En outre, tout le quartier en profite, car il s’agit d’un centre éducatif pour tous les âges (pendant la matinée les enfants, et l’après-midi les adultes), dans lequel les voisins peuvent se rencontrer.

Libération
Libération
CONNEXION
ABONNEMENT
ÈVÉNEMENTS
FRANCE
PLANÈTE
FUTURS
IDÉES
CULTURE
LE JOURNAL DU JOUR
LE DIRECT
SIX PLUS
DÉSINTOX
PHOTO
LE P’TIT LIBÉ
PORTRAIT
VIDÉO
SPORTS
VOYAGES
BLOGS
FAQ
LA RÉDACTION
CONTACT
PUBLICITÉ
DONNÉES PERSONNELLES
CGV
CHARTE ÉTHIQUE
CRÉDITS
FACEBOOK
TWITTER
Dans une école primaire d’Helsinki, où les élèves doivent dorénavant former des groupes afin d’apprendre à communiquer et de travailler en équipe.
Dans une école primaire d’Helsinki, où les élèves doivent dorénavant former des groupes afin d’apprendre à communiquer et de travailler en équipe.
Photo Sari Gustafsson. AFP
HISTOIRE
Les écoles finlandaises ne veulent plus de «matières» mais des «thèmes»

Par Amel Chettouf — 23 mars 2015 à 16:28
Le système scolaire traverse actuellement une importante phase de reconversion en Finlande, qui devrait mener à un tout nouveau mode d’enseignement.

L’actu Libé, tous les matins.

Adresse e-mail
S’inscrire
Depuis plusieurs années, la Finlande représente un exemple en termes de politique d’éducation nationale. En 2012, le classement international Pisa, réalisé par l’Organisation pour la coopération économique et le développement (OCDE), félicitait le pays pour la qualité de ses enseignements mathématiques et scientifiques en le plaçant 12e sur 65 pays. Pourtant, la Finlande a décidé de révolutionner le système scolaire en ne dispensant plus les cours par «matières» mais par «thèmes» dans ses écoles, appliquant ainsi «l’un des programmes de réforme de l’éducation les plus radicaux jamais mis en place par un Etat-nation», selon le quotidien britannique The Independent.

Fini les cours classiques de maths ou de littérature : désormais, place à la transversalité. Une leçon sur l’Union européenne, par exemple, permet aux élèves d’étudier l’histoire-géo, l’économie et la politique en même temps. Cette initiative représente un moyen de ne plus inclure de cours superflus dans les programmes sous prétexte qu’ils correspondent à une matière. Chaque sujet est choisi pour sa richesse et sa pertinence.

La réforme veut mette fin au conventionnel tableau-enseignant-élèves et propose une approche plus collaborative : réunir les étudiants en plusieurs petits groupes et leur donner des problèmes à résoudre afin d’encourager travail en équipe et communication.

À Regarder : (L’éducation en Finlande vu par Michael Moore)
(Lien YouTube : https://www.youtube.com/watch?v=sa2CSSnynqg)

VIA : http://aleks1780.livejournal.com/196626.html?thread=161298

Source : Liberation – The Independent

 

6 réponses sur “La Finlande sera le premier pays au monde à supprimer toutes les matières scolaires”

    1. Bin, en réalité, ça ne change pas grand chose… Les maîtres au lieu de « potasser » un cours de math plus un cours de géo plus un cours de Finlandais, bin, ils potasseront un cours sur la géopolitique économique de la Finlande avec ses voisins…. Le sujet des « cours » sera toujours choisi et potassé à l’avance, on ne va pas tirer au sort 1/4 H avant l’entrée en classe non plus, ce qui effectivement se baserait sur les connaissances des enseignants…
      Autre avantage : en finir peut-être avec la lassitude des profs à rabâcher année sur année les même cours 😉 !

Laisser un commentaire