Avec ses champignons pesticides, cet homme dérange Monsanto

Un chercheur américain a découvert un moyen de remplacer les pesticides agricoles par des champignons naturels. Il ambitionne de révolutionner le secteur.

Remplacer les pesticides par des champignons ! Telle est l’idée de Paul Stamets, un biologiste américain spécialiste reconnu de mycologie (l’étude des champignons). Le brevet qu’il a déposé à ce sujet en 2006 est passé relativement inaperçu. Il pourrait néanmoins révolutionner l’agriculture mondiale, aux dépends des multinationales du secteur.

Paul Stamets. Une épine dans le pied du géant Monsanto depuis plus d’une décennie. Réapparue le mois dernier dans divers médias collaboratifs ou contestataires, sa découverte centrale est relative aux champignons entomopathogènes (parasitant les insectes). Par une opération biologique complexe, le chercheur en fait de redoutables tueurs d’insectes. Un test sur les fourmis lui a permis de constater l’efficacité de ce bio-pesticide, les cobayes se trouvant «momifiés» par le champignon. Le brevet qu’a déposé Stamets en 2006 couvre plus de 200.000 espèces et permettrait donc de lutter naturellement contre les parasites agricoles.

«Une technologie dérangeante»

«Cela pourrait réorganiser totalement l’industrie des pesticides dans le monde», s’exclame le Docteur en science du très sérieux National college of natural medicine de Portland. Soucieux de la santé des sols, il se réjouit de cette possibilité de décontamination des milieux polluées par les pesticides traditionnels, tels le célèbre Roundup de Monsanto. La diffusion de sa technologie provoquerait la mutation de toute l’industrie des pesticides.

Mais tout le monde ne l’entend pas de cette oreille. Le chercheur évoque, du propre aveu des cadres du secteur, «la technologie la plus dérangeante […] jamais rencontré». Dérangeante, cette révolution écologique le serait surtout financièrement, remettant en cause de juteux bénéfices. Ogre de l’activité, Monsanto génèrait en 2012 un chiffre d’affaire de 13,5 milliards de dollars par an.

Source : LeFigaro.fr

À regarder :

5 réponses sur “Avec ses champignons pesticides, cet homme dérange Monsanto”

  1. Oui MAIS, très pratique en mono-culture ce champignon pourrait aussi devenir une plaie dans les jardins des gens où les insectes sont nécessaires car après toutes ces années de stupidité agricole industrielle, il va falloir se rendre à l’évidence, on ne pourra pas continuer des décennies à cultiver n’importe comment et du coup, ce champignon pourrait aussi devenir un problème pour la nature environnante au même titre que le glyphosate ou les néonicotinoïdes même s’il permettra d’avoir quelque chose de plus sain dans notre assiette.

Laisser un commentaire