Ce champignon est votre meilleur allié santé : découvrez le Chaga

Le chaga est un champignon sauvage qui n’a ni pied ni chapeau. Il pousse en climats froids, sur le bouleau, un arbre avec lequel il évolue en synergie. Le chaga cache derrière son aspect particulier des vertus nutritives et médicinales exceptionnelles. Voici lesquelles.

Le chaga possède de nombreuses propriétés préventives et curatives.

Le chaga, connu également sous le nom d’inonotus obliquus, renferme une grande teneur de molécules et enzymes antioxydantes. Il agit efficacement contre les radicaux-libres, présents naturellement dans le corps, et dont les effets néfastes sont souvent intensifiés par le stress et la pollution. Le chaga aide votre organisme à les éliminer.

 

Le chaga participe donc au « nettoyage » de votre corps, mais pas seulement. Il régule également le système immunitaire et la pression artérielle ; il dispose par ailleurs de propriétés anti-inflammatoires et cicatrisantes.

 

Plus concrètement, le chaga agit autant en matière de santé que de bien-être, avec des actions préventives ou thérapeutiques reconnues sur : le système digestif, le système immunitaire, les articulations, la peau ou les cheveux. Le chaga fait par ailleurs office de régulateur naturel de l’anxiété.

 

Les bienfaits du chaga sont reconnus à travers le monde.

Pays Nordiques, Canada, Russie, Chine, Japon : le chaga a sa place dans de nombreuses pharmacopées de par le monde, depuis des centaines d’années. D’ailleurs, Otzi, l’homme des glaces vieux de 5300 ans, découvert dans les Alpes en 1991, connaissait les propriétés fortifiantes du chaga. La preuve, des spécimens du champignon ont été retrouvés sur lui.

 

Au Nord de l’Europe, là où les forêts de bouleaux s’étendent à perte de vue, le chaga est bien connu comme un précieux allié naturel de l’homme, tant pour prévenir que pour guérir. Au même titre que la sève (ou eau) de bouleau, dont le champignon s’alimente, aux qualités dépuratives et minéralisantes avérées.

le chaga dans son environnement naturel. Il pousse sur le bouleau, dont il forme une excroissance. Crédit : Chaga – Les bienfaits de la nature.

 

Dans de nombreux pays, le chaga, véritable tonique naturel, est traditionnellement utilisé pour traiter les petites affections saisonnières telles que les rhumes, la fatigue passagère ou les douleurs articulaires.

 

Le chaga est un complément naturel très simple à préparer.

Le chaga est généralement consommé sous forme d’infusion. Le procédé est aussi simple que la préparation d’une tisane : disposez des morceaux de chaga secs dans un récipient (éviter plastique et métal). Versez de l’eau préalablement bouillie puis refroidie (75°C maximum), couvrez, puis laissez infuser pendant 8 à 12 heures.

Il suffit ensuite de filtrer la préparation. Vous pouvez la conserver dans une bouteille en verre au réfrigérateur jusqu’à une semaine. Buvez 2 à 6 tasses par jour, froides ou chaudes (toujours à basse température), telles quelles ou agrémentées de miel. Les morceaux de chaga peuvent se réutiliser plusieurs fois.

chaga, prélevé sur l’arbre. Il est ensuite concassé en morceaux puis mis à sécher avant consommation. Crédit : Chaga – Les bienfaits de la nature.

Certains caps saisonniers sont difficiles à passer. Certaines affections aussi, bénignes et pourtant énergivores. Coup de fatigue annuel, état grippal saisonnier, problèmes digestifs passagers, douleurs articulaires après le sport : le chaga vous apporte ce petit coup de pouce dont vous avez besoin pour vous remettre sur pieds. Une cure préventive vous aidera aussi à garder la forme tout l’hiver !

morceaux de chaga secs utilisés pour infusion. Crédit : Chaga – Les bienfaits de la nature.

Pour en savoir + sur le chaga, rendez-vous sur Facebook : Chaga, les bienfaits de la nature

 

Le chaga, bon à savoir 

– Le chaga pousse en Union européenne, par exemple en Estonie.
–  Privilégiez le chaga sauvage en morceaux, issus de cueillettes sauvages et raisonnées.
–  L’eau trop chaude détruit les principes actifs du chaga.
– Chaga et ustensiles en métal ne font pas ménage.

Clarisse Bordonneau

Laisser un commentaire