Dans cette vidéo virale, Simon Sinek explique pourquoi les jeunes vivent « sans joie »

Simon Sinek fait une synthèse de tout ce qu’on sait déjà sur la génération Y, son addiction aux portables et aux réseaux sociaux…

Simon Sinek, un britannique d’une quarantaine d’années, conférencier de profession, explique pourquoi ces jeunes connaissent une entrée difficile dans le monde du travail, pourquoi ils sont difficiles à “manager”, pourquoi ils sont toujours insatisfaits.

L’éducation

« On a dit à ces enfants qu’ils étaient spéciaux, on leur a dit tout le temps. On leur a dit qu’ils pourraient avoir tout ce qu’ils voudraient dans la vie, seulement parce qu’ils le voulaient.

Vous prenez ce groupe de personnes, ils passent leurs diplômes et ils entrent sur le marché du travail. Ils débarquent dans la vie réelle et en un instant, ils découvrent qu’ils ne sont pas spéciaux, que leur maman ne peut pas leur avoir une promotion, qu’arriver en dernier n’est pas récompensé, et aussi, que ce n’est pas parce que tu veux un truc que tu l’auras. D’un seul coup, l’image qu’ils ont d’eux est ébranlée […]. »

La technologie

« Le problème est que nous vivons dans le monde de Facebook et d’Instagram. Nous mettons des filtres sur les choses. Nous sommes très bons pour montrer aux autres que notre vie est fantastique, même si on est en dépression. Et donc, tout le monde paraît fort, c’est comme si tout le monde avait la solution. Ce n’est pas la réalité, loin de là […]. Donc, la technologie. Nous savons que les réseaux sociaux et le téléphone portable provoquent des shoots de dopamine. C’est pour ça que quand tu reçois un SMS, ça fait du bien. Oui ? On a tous connu ça. »

« C’est pour ça qu’on compte les likes et c’est pour ça qu’on y retourne dix fois pour voir où ça en est […]. La dopamine, c’est la raison pour laquelle on aime ça, et la raison pour laquelle on y retourne tout le temps. La dopamine est aussi engagée dans la cigarette, dans l’alcool et dans le jeu. C’est très très très addictif. Nous avons des restrictions d’âge pour toutes ces choses, mais pas pour les réseaux sociaux et le téléphone. »

L’impatience

« Il faut ajouter à cela l’impatience. Ces jeunes ont grandi dans un monde de gratification instantanée. Tu veux acheter un truc, tu vas sur Amazon et cela arrive le lendemain. Un film ? Télécharge le, il n’y a pas à regarder l’horaire des séances […]. Tu veux sortir avec une fille ? Tu n’as pas à apprendre ce qu’il faut faire, et à t’exercer, tu n’as pas à te mettre dans des situations inconfortables et dire oui quand tu penses non et non quand tu penses oui, tu as seulement à swiper à droite ! Voilà, je suis un as ! […] Tout ce que tu veux, tu peux l’avoir tout de suite, c’est la gratification instantanée. Sauf que la satisfaction professionnelle et les relations longues, c’est différent. Il n’y a pas d’appli pour ça. Ce sont des processus longs, compliqués, bordéliques. »

 

VIA : https://tempsreel.nouvelobs.com/rue89/rue89-sur-les-reseaux/20161228.RUE6080/simon-sinek-c-est-bon-de-recevoir-un-sms-oui.html

À Regarder, un extrait d’1min50 sous-titré français :

 

 

Voici un extrait de 15 minutes en anglais :

Retrouvez Simon Sinek sur YouTube.

 

 

Laisser un commentaire